2017/03/29 - L'Aspiration de Vajrabhairava

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

2017/03/29 - L'Aspiration de Vajrabhairava

Message par Arya le Sam 1 Avr - 17:05

Les mécanismes intellectuels de quelques-uns en disaient souvent long sur le genre de personnes à qui on avait à faire. Il fallait clairement avoir l'esprit tordu pour construire certains raisonnements, et cela me faisait grandement sourire...
Je n'en avais pas rencontré énormément, mais je connaissais bien ce type de personnages. Depuis l'amorce de mon itinérance, les réserves que je gardais par respect pour mes hôtes laissaient de temps à autre la place à quelques fantasmes sur mon parcours, et me permettaient de constater, en matchant quasiment à chaque fois, la nature et la structure psychologique de certains colons.
C'était très amusant - d'autant que je n'oubliais jamais rien. Et avait le mérite de faire un tri parfois surprenant, parfois beaucoup moins...

Mes proches me répétaient régulièrement que mon grand cœur et mon sens du sacrifice me perdraient. Sûrement avaient-il raison. Encore que.
J'étais toujours là, plus combative et déterminée que jamais... Quand beaucoup d'entre-eux, d'entre-nous, à mon grand regret, un-à-un pour différentes raisons glissaient et disparaissaient doucement dans les limbes, laissant à de bien trop nombreuses reprises sur mon âme d'indélébiles cicatrices. Et depuis que j'avais rejoint Melpomène en mettant de côté de fait les plus élémentaires de mes devoirs moraux, j'avais pu apprendre encore tellement de choses. Notamment que je ne connaissais à l'époque presque rien de l'Echiquier et que le peu qu'on m'en avait raconté était en grande partie le fruit de bien pathétiques et fragiles manipulations.
Par chance, ou malchance c'est selon, j'avais de toute façon déjà depuis bien longtemps pris conscience de la traîtrise et de la folie du 37 et des BOSS. J'étais immunisée, pensai-je avec un brin d'ironie et de fatalisme.

Le savoir que j'avais accumulé au cours de ma quête de sapience s'apparentait aux méandres d'un fleuve jonché de rapides et de traîtres remous... et d'épaves échouées sur de boueuses berges brûlantes, fumant sans vergogne l'écume d'une eau aussi trouble que glaciale... aussi sombre que profonde. Proprement insondable.
Caressé par les vents balayant l'opaque brume. Trituré à l'oraison. Le courant poursuivait son œuvre insatiable et charriait sur ses épaules des cohortes d'attachants et détestables trublions, d'excellents et fourbes exégètes, ou encore de courageux et lâches guerriers, une véritable cours des miracles... Jusqu'à l'embouchure incertaine d'une onirique baie d'ombres et de lumières, savamment précédée d'un delta labyrinthique constituant notre gauche et sulfureux héritage à tous.

Un destin, en mille morceaux, éclaté. En mille et un mirages. En milliers de reflets égarés.
L'enjeu en valait sûrement la chandelle... Quand la bougie, inhérente à son cireux et paralytique obscurantisme, paraissait vouée à une bien triste extinction, un avenir de ténèbres et la promesse d'un désastre annoncé. Il n'y avait pas de fatalité, pas de répit pour les hommes, nul abandon, et König en était l'incarnation, le symbole souverain, le lien avec nos origines perdues et bafouées.

Le Roi avait donné un sens à mon devoir, là où Ojal montrait la direction. Et, à bien y regarder, il n'y avait véritablement rien d'étonnant à ce que ce soit le sillage de Psychobob qui m'ait portée jusque-là.
Dédiée à la sapience, la trajectoire de ma diagonale avait jusque-là été consacrée à aider et observer. Et ma mansuétude allait prendre désormais son ultime cheminement.

Je savais ce que je devais au Procureur et aux Masques d'Or, et surtout à Silma qui m'avait détournée de ma voie alors tellement incolore et dépouillée, tout comme ce que je devais à Lev et Requiem qui m'avaient tant appris, ainsi qu'aux LSD et à Hygie qui précieusement, par leur simple nature, avaient profondément adouci mon si dur et acéré regard de jade.
Sans eux, les paupières de mon âme seraient probablement encore fermées. Mon respect et ma gratitude à leur égard à tous étaient si grands. Et aussi paradoxal que cela puisse paraître, ils l'étaient tout autant pour MaelochXZ.

J'avais échoué à terrasser la Furie que j'étais. Et mon esprit refusait de l'admettre, quand mon cœur, lui, depuis longtemps l'avait compris.
avatar
Arya
Admin

Messages : 703
Date d'inscription : 15/07/2015
Age : 21

Voir le profil de l'utilisateur http://dies.forumetoile.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum