Le Porteur d'Espoir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Porteur d'Espoir

Message par Arya le Mar 18 Aoû - 11:30

Dehors, le Chant des Dunes fredonnait une grisante mélodie. Le Porteur d'Espoir s'appliquait soigneusement à répandre ses effluves concomitantes...

Les cinq Balaguères ne soufflent jamais bien fort, et pourtant, que ce soit Woukhataa, Thorn, Tecpatzin ou Xmulzencab, tous se fraient un chemin jusqu'à nos âmes. Paisiblement, ils éveillent et ravivent dans leur sillage l'espérance, la facétie, la mélancolie, la langueur, ou même pour les abeilles totémiques, l'abnégation... Comme s'ils répondaient, telles des béquilles, à nos maux inévitablement humains... comme s'ils étaient évasion... échappatoire... Un passage...
Il est si fascinant d'entendre les murmures de la Rouge...

Je terminai d'un trait mon verre d'eau, puis adressai une affectueuse et amicale caresse sur la main de l'impassible relique de guerre, avant de me diriger d'un pas métallique vers le sas de sortie du bar. Prestement, j'enfilai mon heaume, et m'engouffrai dans l'enfer de sable froid et ocre...
A quelques centaines de mètres à l'est, une dune se reformait régulièrement sur un affleurement rocheux... tantôt oblique, parfois incurvée, elle réapparaissait là, surplombant ses consœurs, et disparaissait à nouveau, telle une vague emportée par les courants sablonneux. Fréquemment, j'apposais mes empreintes éphémères sur ce monticule familier et si attachant par sa fragilité et son indéfectible obsession.

Je contemplais loin à l'horizon... d'innombrables ballets se formaient ici-et-là, et m'inspiraient d'audacieux mouvements, d'incroyables arabesques. Parfois je me laissais saisir, élargissant en grand mes bras, me rêvant colibri pourfendant les airs. Et je tournoyais ivre de liberté, m'arrachant à cette condition d'araignée enchâssée dans sa toile de métal et de sang...
Mes songes habituellement si sombres et assaillant mon esprit se paraient d'une écorce nouvelle. La Rouge venait porter l'espoir à nos âmes... sans distinction aucune, de karma ou d'éthique, de haine ou de paix, telle une mère à ses enfants, peu importe ce qu'ils sont ou qui ils sont, en ces instants de sérénité, elle les aimait d'un amour épuré et sans concession par le souffle d'un vent calme et profond.

Il y a un monde derrière le monde...

Mon regard se leva vers le soleil... Inti, comme il est coutume ici de l'appeler... je l'observais comme un merveilleux requiem... rayonnant dans l'espace, diffusant sa chaleur, insouciant de tout, de lui-même notamment. Il avançait dans ses cycles... Viendra un jour celui où il absorbera tout autour de lui, jusqu'à lui-même... à trop aimer, finit-on par s'effondrer ?

Tout n'est que poussière d'étoiles, me disais-je souvent... la matière, le voile de nos cinq sens... Je fermai alors les yeux... et je tournai, tournai... sans m'arrêter... et le Porteur d'Espoir soufflait, l'Univers doucement enveloppait mon âme... Une étincelle transperçait les ombres, mon esprit s'en allait progressivement dans une spirale insouciante, mon corps s'oubliait, le scaphandre n'existait plus. Il y avait d'innombrables lueurs, des myriades d'étoiles, certaines filantes, d'autres figées, voire même glacées, la plupart scintillaient dans le noir, ou se débattaient contre les infinies ténèbres... d'ellipses en ellipses, je titubais et oscillais, chaque déséquilibre amenant un nouvel essor, une nouvelle ressource, et je me laissais emporter, grisée, un peu trop peut-être... jusqu'au flou total...

Alors que le vent portait toujours l'espoir, mes jambes, elles, ne me portaient plus... Je ne volai pas longtemps... malheureusement. Mon corps se déroba à lui-même, avant que je ne perde complètement connaissance et que le temps, à mon esprit, s'envole... et s'éclipse...

Le noir. Un éclair dans le noir. Puis rien. Plus rien...


Dernière édition par Tisi le Mar 13 Oct - 16:36, édité 1 fois

Arya
Admin

Messages : 607
Date d'inscription : 15/07/2015
Age : 20

Voir le profil de l'utilisateur http://dies.forumetoile.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Porteur d'Espoir

Message par Arya le Mar 18 Aoû - 11:34

Me voilà enfin arrivée... Il était temps !

Pourtant une étrange sensation m'indispose... Le lien... l'empathie... je ne ressens rien... ou tout au moins rien de positif... à bien y prêter attention, c'est même relativement hostile... Mmmh... très hostile... Ce n'est pas ma concession, c'est certain... je ne suis pas chez moi...
Tout semble néanmoins à sa place... mais c'est un pourpre qui vit là, j'en suis sûre maintenant...

Je coupe la turbine de mon Betrayal, et met pied-à-terre, prête à remonter dare-dare au moindre signe de PGA dans les parages... Quelque peu inquiète, je commence alors à scruter les alentours avec plus de minutie... le décor, les bâtiments, chaque détail, tout est similaire à chez moi, c'est troublant...
Puis, très vite, je distingue une silhouette en contrebas. Un homme... Prudente, je m'avance à couvert, cherchant un meilleur point de vue... sa posture et sa stature ne m'évoquent rien. Bizarrement, il ne porte pas de casque... par contre, il parle avec quelqu'un... Une femme semble-t-il...

J'atteins enfin un petit monticule à l'ombre duquel la scène m'apparait plus clairement... Et là, stupeur ! Mon sang se glace d'effroi... dissimulée derrière ma visière, je reconnais distinctement Le Putride... Immédiatement, je regarde tout autour de moi, redoutant de voir soudain m'assaillir toute une nuée de Putréfacteurs en chasse... C'est que je ne compte décemment pas finir en dessus-de-lit ou en fourrure pour Ohkt... puis qu'il m'ait dans la peau n'est pas une perspective d'avenir qui m'enchante outre mesure...

Mais avec qui parle-t-il ? Qui est cette femme en scaphandre ? Et que peuvent-ils bien se dire ?
Une énergie positive semble émaner d'elle... apaisante... calme et rassurante... elle ne parait pas inquiète en tout cas.. pas dans sa gestuelle du moins...

Fichue curiosité ! De l'inconscience peut-être... quoi-que-ce-soit, cela me poussait à aller plus en avant encore... J'ignore ce que c'est... une sorte de fibre, d'espoir latent... j'y allais, cela ne faisait aucun doute...

Je n'y avais pas jusqu'alors prêté attention, mais le Chant des Dunes était silencieux... L'atmosphère semblait vide, comme inerte... plus lugubre encore qu'à l'accoutumée... En cet instant, j'avais l'impression que chaque bruit infime que je pouvais générer s'entendait à l'autre bout de Mars... Une sensation très désagréable... surtout quand le plus fameux dépeceur de la planète se trouve à quelques mètres de vous...
La pression devenait insoutenable... j'arrêtai finalement ma progression... La température avait beau être glaciale, j'avais chaud... très chaud...

Je sentis alors comme une présence derrière moi. Mon cœur s'emballa brusquement. Tandis que je faisais volte-face, une forme éthérée aux reflets azurs s'élevait, juste là, tout près, sans même toucher le sol...
Ses contours incertains et suaves ondulaient au ralenti, et l'on pouvait facilement voir au travers de ce corps translucide. Un court moment, en pleine confusion, je crus distinguer un visage dans ce magma de pastel brumeux... deux yeux, une chevelure sombre et oblongue... des lèvres carmines... elle paraissait vouloir me parler... muette...
Et elle allait surtout me faire repérer !... Ce qui ne manqua pas...

Me rappelant au souvenir du Putride, je me retournai vivement... son regard était livide, inexpressif... deux billes d'un noir profond comme les ténèbres me fixaient précisément... Un frisson me parcourut l'échine... j'essayais de faire refluer la peur, mais elle me paralysait... la mort semblait par le regard s'immiscer jusqu'à mon âme...

Respirer.
Calmement, profondément...
Mais où suis-je d'abord ? Et que fais-je là ?
Reprendre ses esprits. Se rassurer. Je cours très vite, c'est vrai...
Inspirer... Expirer... Ce regard... il ne cligne jamais des yeux ?
Heureusement, il ne peut lire dans mes pensées...
Hhhhhhh... enfin, je crois...
Se détendre.

S'il fait un mouvement dans ma direction, je lui plante direct ma lance dans le ventre, et je détale fissa de là...
C'est alors qu'à ma grande surprise, la femme avec qui il discutait s'avance vers moi... d'un pas lent et serein, effleurant à peine le sol, retirant tranquillement son heaume d'un geste ample et gracieux...
La peau cuivrée, ses cheveux noirs soigneusement plaqués et attachés, une pastille rouge dessinée en plein milieu du front... les yeux fermés... l'air détachée... un distant et discret sourire... Ojal Panduranga... il n'y a pas d'erreur, c'est elle... Elle parait inaccessible, ailleurs, ni le froid ni le manque d'oxygène ni même la pression atmosphérique ne semblent la gêner... Est-ce une illusion ? Suis-je en plein rêve ?

Ses paupières s'entrouvrent alors, tandis qu'elle porte son index devant ses lèvres, m'invitant à garder le silence, plissant solennellement le regard... un regard de lumière... éblouissant...

Le vide. Le blanc total. Un bref instant. Une fraction de seconde.

Je me réveille ainsi, hagarde, allongée sur le sol, au pied de ma dune si familière que j'identifie d'un simple coup d'œil malgré ma désorientation... Non loin, les lueurs du Bar du Forage s'étiolent, fragiles... Aucun bruit ne filtre... si ce n'est celui du Porteur d'Espoir m'entourant de ses volutes sableuses, miroitant lascives dans l'ocre poudreux...

Mon buste se redresse alors péniblement, tandis qu'assidûment mon crâne fourmille un insidieux vertige, s'attifant pensif d'une douce complainte... J'observe cependant avec attention les alentours... Pas de Putride. Ni d'Ojal. Pas même non plus de forme éthérée flottant indolente dans les airs...
J'ai perdu connaissance, ce n'était qu'un rêve...

Quel étrange songe...

Arya
Admin

Messages : 607
Date d'inscription : 15/07/2015
Age : 20

Voir le profil de l'utilisateur http://dies.forumetoile.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum